Ouverture du tronçon sud

Ouverture à la circulation de l'Axe Principal d'Agglomération, secteur sud, dès le 31 octobre 2020.

Le projet en quelques lignes

Le projet d’Axe Principal d’Agglomération a pour objectif de desservir de manière adéquate les pôles de développement économique d’importance cantonale en les reliant avec le réseau régional d’Yverdon-les-Bains.

Le chantier a débuté au printemps 2018 et s’organise selon trois secteurs démarqués : Sud, Centre et Ouest. La fin des travaux et prévue pour septembre 2020. Il s’agit d’un projet d’importance majeur pour la ville d’Yverdon-les-Bains. Le budget, accepté par la Municipalité en 2016 est de CHF 32'240'000.-.

Le chantier de l’APA est, avec le projet STEP 2020, l’un des investissements les plus importants du Service des Travaux et de l’Environnement en termes de ressources temps et budget. De par son ampleur, il est en constante évolution. Il est donc nécessaire d’avoir un suivi actuel des actions s’y déroulant. Vous trouverez ici les dernières actualités du projet.

A ce jour, le tracé de l’Axe Principal d’Agglomération (APA) est définitif uniquement pour son tronçon sud, dont les travaux ont commencé à la mi-avril 2018. Ce tronçon s'étend du Parc scientifique et technologique d'Y-Parc sur l'avenue des Trois-Lacs jusqu'à la rue Roger-de-Guimps sur l'avenue Kiener.

Le secteur Centre, en phase d'étude, débute depuis la rue Roger-de-Guimps et la chaussée de Treycovagnes.

Le secteur Ouest, en phase d'étude, reliera le giratoire de la route de Sainte-Croix (bretelle autoroutière A5 direction Lausanne) à la chaussée de Treycovagnes en épousant l’axe autoroutier.

Construire une route nécessite plusieurs études préalables:

1. Evaluer les futures charges de trafic.
2. Mesurer les nuisances sonores.
3. Evaluer l'impact du projet sur l'environnement.
4. Intégrer la question de l'évacuation des eaux.
5. Proposer un aménagement paysager et urbain adapté.
6. Esquisser les plans d'ingénieur civil en fonction des diverses contraintes propres à chaque secteur.

L’Axe Principal d’Agglomération n’est pas uniquement dédié à la voiture. Des aménagements pour les piétons, les cyclistes ainsi que pour les transports publics sont prévus tout au long du tracé. Un axe de mobilité douce en site propre est présent sur toute la traversée des secteurs du projet. Sur la majorité de son tronçon des secteurs Centre et Ouest, le projet se glisse sous le viaduc autoroutier afin d’éviter les impacts sur les terrains agricoles.

Yverdon-les-Bains développe son réseau de mobilité en coordination avec le projet d’agglomération. A ce jour, la hiérarchie et les objectifs du concept Transports Individuels Motorisés ont été validés. L'Axe Principal d'Agglomération est intégré dans cette validation. Une étude de mobilité concernant le secteur ouest, et plus particulièrement sur la route de Sainte-Croix, est piloté par le bureau d’agglomération, étude pour laquelle l’Axe Principal d'Agglomération et les différents plans de quartiers sont intégrés.

Le Conseil communal a accepté, à fin 2016, un crédit de construction pour le secteur Sud, de CHF 32'240'000.-, et un crédit d’études pour les secteurs Centre et Ouest, de CHF 1'590'000.-.

Le long du tracé de l’Axe Principal d’Agglomération, les thématiques à traiter sont de nature et d’intensité différente. En effet, les solutions à trouver sur le plan du génie civil, des impacts environnementaux, de l’aménagement du territoire, voir même des collaborations intercommunales ne sont pas semblables. Afin d’avancer de façon rationnelle et logique, il a été décidé de réaliser l’APA selon un découpage en trois secteurs : Sud, Centre et Ouest.

La route d’accès au centre sportif des Isles, entre le chemin de Graveline et la rue Roger-de-Guimps, est aujourd’hui terminée et ouverte au trafic depuis le 18 juin 2015. L’équipe de projet, avec l’appui de ses mandataires, a établi un projet d’ouvrage conforme aux attentes du Canton et mis à l’enquête le 1er tronçon de la route de contournement. Suite à l’acquisition du permis de construire, les travaux ont débuté à la mi-avril 2018 et se poursuivront jusqu’à l’automne 2020.

Les contraintes du secteur sud
Les CFF ont accordé à l’équipe de projet la possibilité de poser un pont provisoire pour les voies CFF en 2019. L’analyse sur l’évolution de la ville et de son réseau de mobilité permet d’appréhender au mieux la problématique et les enjeux qui gravitent autour de ce projet. La répartition actuelle des modes de transport en ville s’explique notamment en raison du profil rural de la région du Nord Vaudois, dans lequel Yverdon-les-Bains apparaît comme seule entité urbaine. Ces caractéristiques posent des exigences spécifiques pour l’organisation des transports. Les propriétaires des terrains concernés par le projet ont été approchés afin de trouver un accord pour régler la problématique foncière.

Les travaux en cours
Aménagements paysagers et urbains en cours. Voici le plan d’aménagement paysager prévu sur l’avenue des Trois-Lacs. Ce document est à titre illustratif et s’intègre dans la même logique que la route d’accès au centre sportif des Isles. Les travaux se concentrent en 2018 et 2019 de part et d’autre des voies CFF afin de réaliser les trémies d’accès.

Le secteur Centre s’insère dans le périmètre du Plan de quartier (PQ) Les Parties. Un faisceau de variantes a été analysé à travers une analyse multicritère pour évaluer la variante centre la mieux adaptée au contexte urbain. Le tracé longeant le canal du Déversoir et parcourant le plan de quartier est ressorti comme l’axe le plus avantageux. Le projet est actuellement à l’examen préalable et s’affine constamment. Une mise à l’enquête publique est prévue pour le printemps 2020.

Les contraintes du secteur centre
En parallèle aux études et aux travaux réalisés dans le secteur Sud, des recherches ont été faites sur le secteur Centre pour déterminer la variante la plus appropriée. Ce secteur dépend à la fois des objectifs auxquels doit répondre l’Axe Principal d’Agglomération et du projet de Plan de Quartier(PQ) Les Parties. Afin de mettre en œuvre une approche intégrée et coordonnée, la partie centrale de la route doit être réalisée en tenant compte du plan de quartier.

Les démarches en cours
Actuellement, les services concernés travaillent à l’intégration des contraintes issues des différentes thématiques, telles que notamment l’aspect environnemental, la question de la sécurité des résidents et des passants, ainsi que de la desserte pour les habitants à proximité et les institutions. Cette prise en compte des contraintes implique une série d’études sur des thèmes divers tels que les impacts environnementaux, le trafic, la géométrie, le bruit, l’emprise ou la géotechnique. Toutes ces études ont été faites dans le but de préparer le projet à l’examen préalable des services cantonaux.

Un avant-projet a été mené pour déterminer le tracé entre la chaussée de Treycovagnes et la route de Sainte-Croix sur la commune de Montagny-près-Yverdon et son plan partiel d’affectation (PPA) Chamard. Le projet est actuellement à l’examen préalable et s’affine constamment. Une mise à l’enquête publique est prévue pour le printemps 2020.

Les contraintes du secteur ouest
La partie ouest du tracé ne peut se concevoir que dans le cadre d’une collaboration intercommunale, car elle se situe sur les territoires d’Yverdon-les-Bains et de Montagny. Le projet de contournement, couplé aux mesures apportées par le projet d’agglomération, doit intégrer ici des problématiques identifiées dans le cadre du PPA (Plan partiel d’affectation) de Chamard - Chatelard (en cours), notamment en termes de circulation automobile, de sécurité pour la mobilité douce et de desserte des transports en commun. Dans cette zone, le dossier appelle aussi des solutions sur le plan foncier. Les défis de ce tronçon résident principalement dans la connexion avec la bretelle de l’A5, d’une bonne coordination avec les travaux de revitalisation du Bey, ainsi que dans l’accès à la zone commerciale de Chamard.

Les démarches en cours
L’office fédéral des routes a donné son accord de principe pour le passage sous le viaduc. La faisabilité technique du passage de cet ouvrage a demandé plusieurs analyses à l’équipe de projet notamment en raison de la sécurité face au choc, à l’incendie, au tassement et aux accidents majeurs. Toutes ces études ont été faites dans le but de préparer le projet à l’examen préalable des services cantonaux.

La gestion de la route de contournement repose sur les structures habituellement mises en place au niveau de la Ville pour ce genre de projet. Elle est assurée par un Comité de pilotage et une Direction de projet.

Organisation Le Comité de pilotage (COPIL) comprend quatre Municipaux : M. le Syndic Jean-Daniel Carrard, M. Marc-André Burkhard, Mme Gloria Capt, Mme Valérie Jaggi Wepf et M. le Syndic de Montagny Frédéric Rohner.
La Direction du projet (DIRPO) coordonne l’ensemble des mandats et les différentes phases du projet, dont la présidence est gérée par M. Marc-André Burkhard. Le service en charge de la réalisation du projet est le Service des Travaux et de l’Environnement, sous la direction de M. Sandro Rosselet.

La gestion de projet s’organise en secteurs : une 1ère élaboration du projet principalement axée sur les contraintes techniques liées au passage sous les voies CFF pour le secteur sud, ainsi qu’une seconde et troisième étapes guidées par l’état d’avancement des chantiers géographiques (Les Parties et Chamard-Châtelard) pour les secteur centre et ouest.

Une cellule de coordination rassemble tous les services de la ville en charge de l’aménagement du territoire, il s’agit d’AggloY, de la Filière Mobilité et du Service Urbanisme (URB).

Le lien a été copié !

Vous ne trouvez pas ce que vous recherchez ?